Amour filial

Publié le par NATHAMSA

IMG_2317.JPG

 

Aujourd'hui, lorsque j'ai fait un passage éclair chez ma mère, j'ai senti que cela lui faisait plaisir de me voir...et peut-être pour la première fois, j'ai senti qu'elle avait de l'amour pour moi.Timidement, je dirais que j'ai senti qu'elle m'aimait.

ça me fait tout drôle...comme un mets que je n'avais pas goûté jusque-là, que je ne "savais" pas et dont je ne connaissais pas non plus la saveur...

ça me fait tout drôle cette nouvelle connexion...que ma mère m'aime VRAIMENT, que je puisse "mériter", avoir aussi "une part du gâteau" ! Sans doute, durant toutes ces années de "fuite" et de jeu de cache-cache l'une envers l'autre - autrement dit l'une et l'autre envers elles-mêmes - j'ai cru durant toutes ces années que je n'avais pas de place dans son coeur.  Je me suis trompée... Ma croyance m'a fait vivre beaucoup dans la souffrance, celle de croire que je n'avais pas de mère.

Certes, l'enfant que j'ai été pas reçu tout ce dont elle avait besoin parmi les besoins fondamentaux d'un enfant... Mais qui blâmer ? Aurait-elle voulu et décidé délibérément que cela soit ainsi ?  Devrait-elle culpabiliser toute sa vie des choix qu'elle a fait  et des répercussions sur ma vie ? Comment pourrait-on juger les limitations d'un être humain ?

 

Chaque jour, j'ouvre mon regard et transforme le regard que je pose sur elle dans les limites de mes limitations du moment, , de mon ignorance et aveuglement. Je suis heureuse de lui ouvrir mon coeur malgré toutes les souffrances du passé et celles parfois encore présentes. Aujourd'hui, quand une souffrance fait surface , j'essaie de lui parler de ce que je ressens en lien avec son comportement et ce que j'en interprète. C'est ainsi que les illusions tombent et la vérité prend place pour nous permettre une relation plus claire, fluide et fait place à la nouveauté... J'aimerais parfois pouvoir la prendre dans mes bras, simplement et juste sentir sa présence. Juste cela.

Un jour sur le chemin...cela viendra peut-être... Ce qui compte c'est de sentir l'AMOUR, quel que soit la manière dont il se manifeste. Personne n'a le même langage (le même bagage de signifiants). Si nous voulons vivre l'AMOUR, nous devons rester ouvert et sans jugement de valeurs sur tout ce qui n'appartient pas à notre langage. La traduction se passe inéluctablement au niveau du COEUR... Lorsque le mental donne la main au coeur, alors on sait...

 

Que notre mental et notre coeur marchent ensemble sur le chemin

Main dans la main

Redonnons une chance à l'amour

Cela dépend de chacun de nous

Tout est possible 

 Il suffit d'oser

Oser croire

A ce en quoi on ne croit pas

 

                                                              Nathamsa

 

Publié dans Réflexions

Commenter cet article

lilou 08/06/2010 07:56


Sentir..
S'appliquer à sentir..
Le parfum de l'autre.

Troublante est la puissance d'un parfum
Dans les nuances infinies
Par lesquelles nous portons la vie.


Mutti 18/05/2010 13:26


Oser, oui, oser se poser le coeur sur la main, toujours tendue quoique l'on ait pensé et cru...
Reconnaître que les limitations d'amour chez "l'autre" s'émargent de sa propre histoire et de ses propres fausses croyances psychologiques...
Accepter l'autre pour ce qu'il est quand bien même il aurait plutôt peu à donner (ayant peut-être lui-même peu reçu)...
C'est ce que j'ai appris moi-même de la difficulté de ma propre mère a offrir et à exprimer de l'amour... Ce fût une magnifique initiation...
Qu'il en soit de même pour toi chère Nathamsa.
Je t'embrasse


NATHAMSA 18/05/2010 16:38



Merci Mutti.


A bientôt



frédéric 14/05/2010 13:11


Il y a un livre qui s'appelle le "guerrier pacifique" de Dan Millman qui date des années 90
dans le bouddhisme on parle aussi de "héros" (ou guerrier, mais le terme est mal traduit) pour l'éveil
Commando c'est celui qui va derrière les lignes ennemis pour démonter la défense
On dit maintenant "forces spéciales"
et pour moi c'est bien cette force spéciale qui nous faut pour aller au delà de nos défenses psychologiques qui ont été montées vis à vis d'agressions et qui nous empêchent de vivre pleinement et
cette "force spéciale" c'est le "qui ose gagne" ou il n'y a en général pas de situations plus dangereuses que la peur qu'elles engendrent

bises

frédéric


frédéric 13/05/2010 04:10


OSER !
c'est le bon mot
sur un plan bien différent et pas obligatoirement idoine : "Qui ose, gagne !" c'est la devise des commandos
A nous d'être le commando de notre vie
Who dare, wins

Attention à ce que cela ne crée pas une autre croyance culpabilisante et limitante, du genre : cette croyance m'a fait vivre dans la souffrance.
Cette précédente croyance était aussi basée sur ce que ta mère pouvait donner, sur ce qu'elle donnait, sur ce que tu acceptais de recevoir, sur ce que tu croyais qu'elle pouvait donner, sur ce que
tu croyais que tu pouvais recevoir....

donc pas de culpabilité non plus d'avoir ainsi vécue pendant ces années
mais profiter de ce qu'on peut vivre maintenant

bises

frédéric


NATHAMSA 13/05/2010 10:15



Bonjour Frédéric et merci pour ton commentaire.


L'esprit "commando", tu dois bien te douter que cela ne me corresponde guère - même s'il peut m'arriver d'avoir des élans "kamikazes"(et généralement, ils s'avèrent vraiment kamikazes...par
manque de discernement !).


Donc, OSER, oui !...et à mon rythme, chaque pas après l'autre... Et que chacun de ces pas soit une plénitude et une source d'enseignements.


Bises,