Rats (1)

Publié le par NATHAMSA

Beau rat au pelage gris, Mangin, Nantes, Avril 2008

 

Samedi 12 Avril 2008, après-midi, je sors de chez moi et pars à vélo. Au moment de traverser les trois ronds-points non loin de chez moi, j’aperçois une masse sombre qui bouge  au milieu de la route. Très vite, je pense à un rat. Je m’approche, et il s’agit bien d’un rat qui vient de se faire culbuter par une voiture et qui tente, terrifié, de se sortir de ce pétrin !

Je laisse alors mon vélo sur l’un des parterres de fleurs entre les ronds-points et décide de prendre le rat avec moi pour l’emmener chez un vétérinaire afin, ou de le sauver ou d’abréger ses souffrances. Ce beau rat au pelage gris est effectivement blessé : son train arrière est bloqué, ce qui paralyse ses deux pattes arrières et il a une grosse masse de sang qui pend au niveau de sa gueule.

Au moment où je m’approche du rat effrayé par le passage  incessant des voitures, un bus arrive dans ma direction. Je crains alors pour le rat qui, terrifié, va dans tous les sens !  Je fais donc signe au chauffeur du bus de s’arrêter ou tout au moins d’éviter le rat, mais il m’a semblé qu’il n’en avait que faire et n’a pas dévié sa route. Fort heureusement, le rat n’a pas bougé à ce moment-là ! Ouf ! Encore un moment de gagné ! Je mets alors ma main derrière lui pour le diriger vers le caniveau, lieu plus sécuritaire. C’est fait ! Ouf ! Là, je tente de le saisir, mais il me mord vivement… (je n’avais même pas imaginé qu’il pouvait me mordre ! J).

Je le regarde et constate qu’il est bien amoché ! Il a les yeux exorbités tellement il semble terrifié ! Cela faisait de la peine à voir… Ne pouvant pas le prendre avec mes mains, j’ai alors pensé très fort pour qu’il réussisse à atteindre le parterre de fleurs et la pelouse afin d’être en sécurité et d’éloigner le risque de se faire écraser. Je le vois alors qui se hisse de toutes ses forces le long du trottoir de ce parterre, à la seule force de ses pattes avant et y parvient après des secondes infinies d’effort ! Je le regardais et l’encourageais de tout mon cœur. Quel courage, ce petit rat… Ce beau rat… A aucun moment il n’a abandonné malgré tous les obstacles qu’il a rencontrés, même moi qu’il a dû considérer comme une ennemie.

Je l’ai quitté ainsi…parmi les fleurs… Je ne savais quoi faire d’autre… J’ai pensé qu’il allait mourir d’ici peu, en tout cas, je souhaitais que ses souffrances soient abrégées. Il était bien blessé – peut-être même avait-il des hémorragies internes -  et tout autour de ce parterre s’étalait le fief des voitures et bus…sans compter sur les pies nombreuses .

J’ai beaucoup pensé à lui, imaginé ce que j’aurais pu faire de plus pour que sa fin soit plus douce…

 

Pendant la nuit, j’ai fait un rêve où il vaquait à ses occupations. Il m’est apparu  tranquille…

Le matin, je suis retournée sur le lieu où je l’avais quitté la veille. J’ai retrouvé son petit corps mort.

 

Nathamsa

 

Publié dans Rencontres animales

Commenter cet article

Dingo 15/05/2008 14:48

Face à la souffrance il faut toujours agir, toute autre action est insupportable pour qui peut sentir.
On n'imagine pas que la douleur s'envole parce que ne la voit plus.

Tristan 26/04/2008 19:34

Jolie histoire, quelque fois on ne peut rien faire pour les autres que de les aimer et les regarder partir. Ton rêve est très beau et ne t'a pas trompé, il a retrouvé la paix.

Hervé 25/04/2008 07:54

C'est très dommage que tes efforts pour sauver cette bestiole aient été vains.
Voir souffrir un être sensible est toujours épprouvant, qu'il s'agisse d'un rat, mulot, oiseau ou un poisson qui est arraché de l'eau et qui suffoque.